Du fait de la guerre, la pénurie de main-d’œuvre se faisait de plus en plus ressentir dans les entreprises allemandes. Un nombre croissant de détenus de camps de concentration a donc été réquisitionné pour travailler dans le secteur économique et de l’armement. C’est pourquoi il était important de savoir si des ouvrières et ouvriers qualifiés se trouvaient parmi les déportés, ce qui explique la question portant sur le métier appris et la profession exercée. Quelques rares détenus de camps de concentration ont reçu une formation d’ouvriers spécialisés. En témoigne la formation de tailleur de pierre dispensée à de jeunes Soviétiques au camp de Gusen. Il s’agit toutefois d’une exception.