Au verso de la fiche individuelle de détenu, il était possible de noter les diverses affectations au travail dans les kommandos extérieurs ou à l’intérieur du camp. En fait, les champs réservés à de telles informations n’ont été qu’exceptionnellement remplis, ce qui ne veut toutefois pas dire que le détenu n’a pas travaillé. Il existait tout simplement d’autres documents dédiés à la mobilisation de la main-d’œuvre, telle la fiche d’affectation au travail.