Les questions successives sur les antécédents politiques et criminels mettent en évidence que les divergences d’opinion politique étaient considérées comme des délits par les nazis.